Pourquoi l’Italie m’a fait changer d’avis sur la grande distribution

Chercher un produit spécifique tel que des sacs à aspirateur, du lait de coco, du liquide à essuie glace, une télévision ou un barbecue peut vite devenir un casse tête monumental en Italie. En France que feriez-vous? Vous iriez probablement chez Carrefour, ou Leclerc? A moins que vous ne choisissiez des enseignes plus spécialisées telles que la FNAC ou Boulanger. Mais ici, ici c’est différent.

En Italie la distribution spécialisée et les commerces de proximité ont encore de beaux jours devant eux, et la fermeture des magasins FNAC en Italie en 2013 en est un parfait exemple.

Après des semaines de recherches interminables sur internet, plusieurs visites improvisées de magasins qui semblaient plus ou moins vendre de l’électroménager, des centaines de rayons de quincailleries chinoises, j’ai fini par apprendre les noms des enseignes, et reconnaître les magasins où trouver des livres, et ceux où acheter un appareil photo. Mais j’avoue avoir souvent rêvé de Darty, Go Sport, FNAC ou Carrefour, bref n’importe quel temple de la grande distribution, spécialisé mais à large spectre, anonyme mais efficace.

Les supermarchés existent évidemment, mais je ne trouvais pas mon bonheur. Peu de choix, des packaging pas toujours engageants, des étals de fruits et légumes peu appétissants, et une absence totale de fantaisie… Jusqu’à ce que nous déménagions, et que nous découvrions Maurizio, et son kiosque de primeur.

20140114-004010.jpg

Un primeur. En France cela fait bien longtemps que je n’y ai pas mis les pieds. Pourquoi faire, lorsque l’on peut se contenter de Monoprix? Je suis sûre que nombre d’entre vous ont de bonnes habitudes, vont chez le boulanger, l’épicier ou le boucher du quartier, mais soyons honnêtes: en France on a plutôt le réflexe d’aller dans de grandes enseignes multimarques où l’on est sûrs de trouver un large choix bien approvisionné.

Maurizio, c’est la victoire de la distribution très spécialisée, comme on faisait à l’époque de nos grands mères. Des fruits et des légumes, principalement ceux de saison, même si on s’accorde des fraises en hiver. De la sauce tomate fait maison, des étals bien présentés, une entreprise familiale, une relation privilégiée avec tous les habitants du quartier, même les petits nouveaux comme nous.

Un jour, il nous a dit: « quoique vous fassiez dans la vie, même la plus insignifiante des tâches, faites le bien, avec amour, car c’est ce qui fera la différence entre vous, et les autres! ». Ses produits sont toujours plus frais que dans les supérettes du quartier, et la qualité du service, les conseils de cuisine ou de conservation rendent la corvée des courses un véritable plaisir.

Je vous parle de Maurizio, mais je pourrais vous parler de Claudio, qui fait le meilleur capuccino du monde et qui vous raconte des histoires. De Miriam qui sait toujours le pain que je vais choisir, et qui me fait goûter les pâtisseries du jour, ou encore de Filippo qui me conseille la bonne bouteille de vin en toute occasion. De ce passionné de whisky qui tient une épicerie fine, et qui ne vous laisse pas partir tant qu’il ne vous a pas fait goûter tel ou tel fromage ou raconté telle anecdote sur cette bouteille de bourbon. Parce qu’ils ne vendent que quelques produits, mais une gamme choisie avec soin, par des passionnés qui vous mettent l’eau à la bouche et vous rappellent que l’excellence et le généraliste ne font pas bon ménage.

Pour autant, je n’ai toujours pas trouvé de sacs à aspirateur, et j’ai encore une liste de trucs idiots que je mets parfois des semaines à trouver, comme par exemple un épilateur électrique (3 mois), un magasin où faire faire une plaque avec mon nom pour la boîte aux lettres (1 an), un cordonnier (2 ans et demie), un magasin où acheter un barbecue (4 mois)… Heureusement que l’essentiel n’est jamais difficile à trouver : des fringues, du rouge à lèvres et des chaussures. Mais de quoi se plaignent les cocottes!

Publicités

16 réflexions sur “Pourquoi l’Italie m’a fait changer d’avis sur la grande distribution

    1. http://m.romatoday.it/aziende/abbigliamento/calzolaio/pag/11/ juste quelques centaines de cordonniers (calzolaio) à Rome 😊 . Peut-être plus que de pizzerie.. non, j’exagère sans doute. A ce sujet, on mange plus de pizza en France qu’en Italie, et les USA sont numéro 1. On peut reconnaitre facilement les touristes non-italiens des locaux, dans une pizzeria. Les étrangers boivent du vin à table, les Italiens de la bière ou des softs. Ces derniers estiment que l’accord vin-pizza (tomate) est loin d’être parfait et qu’une bonne bière convient bcp mieux. Les fines gueules adaptent d’ailleurs tel ou tel type de pizza avec telle ou telle bière. J’ai depuis longtemps oublié le vin avec la pizza… 😊

  1. C’est justement un aspect que je trouve génial en Italie! c’est super socialisant, tu vas rencontrer des tas de gens durant ta quete! j’en suis quasi devenue anti-grande distribution! En France tout est tellement uniformisé, tu pourrais faire ta vie entre auchan, leroy-merlin et decathlon! Quelle tristesse! Je regrette justement qu’ici à Milan, ces grandes enseignes aient commencé à percer, c’est la mort assurée d’ici quelques années pour tous les petits commerces que j’aime tant! Peut-etre aussi parce que je travaille souvent de chez moi, j’aime aller à la carterie d’en face pour acheter 1 stylo par mois, et non prendre un lot de 10 au carrouf! Après, bien sur, il faut avoir une liste d’adresses, et je comprends que tu aies eu un peu de mal avec les sacs d’aspi! (y’a pas une boutique qui s’appelle casalinga qualcosa près de chez toi (un truc plein de balais, de cafetières et de filtres à hotte aspirante)? ou un petit revendeur/réparateur d’electroménager? généralement ils ont ça! ^^

    1. Tout à fait d’accord! Merci pour le conseil sur les sacs d’aspi ;)plusieurs commerçant m’ont indiqué un magasin près de chez moi (c’est très précis puisqu’ils m’ont tous indiqué le meme)! J’ai notamment demandé dans un magasin où ils vendent des aspirateurs et des cafetières justement! Comme quoi, chacun son métier ici!

  2. Même ressenti à Barcelone : j’étais complètement perdue de ne pas trouver d’équivalent au Monoprix, des supérettes, un carrefour express ressemblant au mieux à un gros franprix mais où donc acheter une couette ? Bah dans un magasin de couette, draps, ect. Petite boutique d’une petite rue remplie de petites boutiques vendant des accessoires de literie…
    Ici je bénie carrefour, decathlon et Leroy merlin mais je prie pour l’arrivée d’ikea (pour H&M et Zara, j’attend de voir une étoile filante pour faire un vœux…)

    1. En parlant de Monoprix, ici en Italie j’ai un grave manque d’un bon rayon gels douches et shampoing! Il y a des magasins qui ne font que ça (qui s’appellent genre Acqua e Sapone) mais c’est pas pareil que Monop en terme de choix!!!

  3. Tiens tiens, je parlais justement de ça avec mon homme (italien) ce week-end: il s’étonnait du fait que je n’aime pas faire les courses au supermarché: « il n’y a que des pates et de la nourriture pour chats » ai-je répondu. Le reste est sans intéret: pain pas bon, biscuits sans beurre (= pas bons), beurre pas bon, gels douche aux parfums de produits ménagers, et le reste on l’achète dans les petits magasins (merveilleux fruttivendolo près de chez moi bien entendu). A la réflexion je me dis que ce n’est pas plus mal, car qu’est-ce qui fait le charme des grandes surfaces françaises? Les trucs industriels trop bons, mais dont on ferait bien de se passer. Leur absence m’a obligé à tout cuisiner et à réduire franchement ma consommation de sucreries.
    Sinon à Turin je crois qu’on trouve plus de choses qu’à Rome: le cordonnier est près de chez moi, le magasin un peu triste qui vend des épilateurs électriques aussi, en revanche je n’ai pas encore compris où acheter une plaque pour ma boite aux lettres!

    1. Ahah c’est tellement vrai! Le beurre, la nourriture pour chat et surtout, surtout les gels douches qui sentent le produit vaisselle!!!! J’y vais pour les produits ménagers, mais tout le reste je l’achète chez mes commerçants. Et un autre endroit dont je suis tombée follement amoureuse depuis qu’il a ouvert à Rome et que tu dois bien connaitre: Eataly! Mais j’en parlerai bientôt!
      Cela dit c’est vrai que chaque fois que je vais à Turin (ou à Milan d’ailleurs), j’ai l’impression de faire le plein de « modernité » pour l’année!!! Ca reste l’Italie, mais del Nord…

  4. Bonjour,
    J’ai essayé de trouver votre adresse mail ou un moyen d’envoyer un message privé mais je n’ai pas trouvé :).
    Actuellement à l’université, je dois réaliser un dossier de groupe sur la grande distribution en Italie. L’article est tombé à point, et nous nous demandions si vous accepteriez de répondre à quelques questions en tant qu’expat sur les modes de consommation en italie par rapport à la France ? Merci 🙂

  5. Désolé, mais je me dois de demander.
    La photo, il s’agit bien de chez Maurizio, le fruttivendolo qui est sur Via dei SS Quattro?
    Sinon, je suis plutôt d’accord avec l’article meme si j’ai vécu l’effet inverse. Obligé de devoir aller à Carrouf/Inter/Monop pour acheter quoi que ce soit pendant mes études à Troyes. Du coup, je trouvais les fruits et légumes « faux » (j’ai pas d’autres termes), je devais à chaque fois reexpliquer au boucher que mon jambon je le veux pas avec des tranches de 3cm d’épaisseur et j’avais vraiment l’impression d’être un numéro et rien d’autre… C’est terrible.
    Du coup je me consolais avec le marché hebdomadaire….

    1. Ciao Burlinih! Merci pour ton retour d’expérience « inversée »! C’est vrai que la qualité des produits que l’on peut trouver dans les supermarchés français n’est pas toujours exceptionnelle (j’en ai fait la malheureuse expérience moi-même en rentrant en France ces dernières années), même si je crois pouvoir affirmer que c’est toujours mieux que les supérettes en Italie (à Rome en tout cas). Mais tu as raison, en France nous devrions délaisser cette mauvaise habitude du supermarché et privilégier le courses au marché, etc… D’ailleurs aucun grand Chef Français ne te conseillera d’aller faire tes courses chez Carrefour!

  6. A ce propos, auriez-vous une idée où l’on peut acheter une housse pour couettes?
    Je suis en effet arrivé à Rome pour un séjour de six mois et j’ai du mal à trouver…
    Merci d’avance pour vos suggestions !

    1. Haha, alors il y a IKEA à l’Anagnina ou à Porta di Roma. Sinon dans le centre tu peux tenter Zara Home via Cola di Rienzo (pas cher et très neutre dans le style), ou Frette (via del corso – un peu cher). Autre option : acheter en ligne sur Ikea ou Amazon.
      Voilà pour la session « Le conseil du jour de Cocotte ». Dis-moi si ça a été utile, si tu as trouvé autre chose que des housses de couette Batman 🙂

      1. Merci beaucoup ! Ikea aura fait l’affaire. Fort loin et pas tant de choix que ça pour un homme mais j’ai trouvé un truc passe – partout pas cher.
        Merci pour vos conseils !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s