Rome, pour le meilleur et pour le pire

Si je vous dis que Rome est la plus belle ville du monde, et aussi la plus moche, vous allez dire que j’exagère! Pourtant, l’épisode apocalyptique de ces derniers jours en est encore un exemple: sous le romantisme des ruines antiques ou derrière la beauté des coupoles des Eglises se cache une Rome chaotique, souffrant de graves problèmes d’urbanisation et d’un laisser-aller général.

Innondations à Rome (Source: http://www.romafaschifo.com/)

Difficile à croire lorsque l’on vient quelques jours en touriste, et pourtant, cela saute aux yeux. Des routes déglinguées et des trous géants formés par les alluvions et les glissements de terrains. Des transports en communs capricieux, deux lignes de métros qui se battent en duel et qui fonctionnent quand elles veulent. Des bandes organisées de vendeurs à la sauvette, de laveurs de pare-brise ou de « parcheggiatori abusivi« , ces types qui vous « aident » à garer votre voiture et qui vous demandent de l’argent en échange de leur « surveillance et bienveillance » envers votre voiture (i.e.: du racket quoi). Des voitures en double ou en triple file un peu partout, et des ruelles mal éclairées. Pas un seul mur de la ville sans d’horribles tags entre 1 et 2 mètres de hauteur. Et sur les rives du Tibre, des déchets et des campeurs abusifs obstruent le paysage.

Image
Colle Oppio by Cocotte
Graffiti Via delle botteghe oscure (source: http://riprendiamociroma.blogspot.it)
Voitures en double file (source: http://www.romafaschifo.com/)

Rien d’étonnant donc à ce que la ville subisse de graves inondations lors d’intempéries telles que ces jours-ci. Certes, les pouvoirs publics ne peuvent pas être tenus responsables du climat romain, très ensoleillé et sec les 3/4 de l’année, en alternance avec des périodes de pluies diluviennes. La commune de Rome est probablement dépassée par les événements, et par l’héritage de plusieurs années de mauvaise gestion. Mais le mauvais état des routes, réparées à la va vite, ou encore le manque de propreté et la mauvaise gestion des systèmes d’évacuations sont en partie la cause des événements. Certains collectifs d’habitants et blogueurs, tels que Roma fa Schifo (Rome est répugnante) ou Riprendiamoci Roma (Reprenons Rome),  ont créé des initiatives populaires pour nettoyer la ville, effacer les graffiti, et autres actions et pétitions pour supporter certains projets, tels que le plan urbain des parking souterrains ou le bike sharing.

Voilà pour le pire. Cela dit, les choses bougent. Le nouveau maire de la ville, Igniazio Marino, ex-chirurgien spécialiste des greffes et homme politique de gauche, a été élu au début de l’été 2013 avec la ferme intention de rénover la ville, et de la faire « sortir du marécage ». Bon, là tout de suite, pour la sortie du marécage on repassera! Mais à peine installé au Capitole, il lançait son premier chantier de la via dei Fori Imperiali, rendus piétons dès septembre 2013.

Pour le meilleur, je ne vais pas en remettre une couche, Rome est une ville magnifique, et surtout, surtout, les romains ont un humour ravageur…

Sacro GRA (Source: http://www.romafaschifo.com/)
Ne perdez pas la vague – Cours de surf sous le Métro (Source: http://www.romafaschifo.com/)
Super Splash à la station Flaminio (Source: http://www.romafaschifo.com/)
« On sort ce soi? Je passe te prendre en bas de chez toi » (Source: page facebook « Se i quadri potessero parlare »)

Et puis la beauté de l’Italie réside surtout dans ce charme intemporel, rendu possible par ce statut-quo, cet immobilisme tant critiqué. Rome sera-t-elle aussi belle une fois rénovée? D’un autre coté, sa beauté sera-t-elle éternelle si l’on ne fait absolument rien? Auguste lui-même n’était pas de cet avis… Et vous?

Publicités

5 réflexions sur “Rome, pour le meilleur et pour le pire

  1. en tout cas c’est intéressant de lire tout ça! finalement, Rome et Milan sont vraiment opposées, ma ville a l’air moche au premier abord mais a plein de trésors cachés, et Rome cache sa sourde laideur sous une éclatante beauté…

    1. C’est tellement bien dit, et ça résume plutôt bien la situation. Les italiens du Sud ont Milan en horreur, mais moi j’adore cette ville, mieux organisée, moderne mais en même temps si italienne! J’y vais ce Week end d’ailleurs!

  2. Ahlala, ca me rappelle la Sicile ce que tu décris… Je suppose que ces problemes sont surtout propres a l’Italie du Sud et que c’est moins le cas a Milan ou Turin ? Ce qui me choquait aussi beaucoup c’etait le nombre hallucinant de poubelles qui trainaient dans la rue pendant des jours, les nombreux chiens errants et effectivement les rues qui se transformaient en veritables rivieres lorsqu’il se mettait a pleuvoir :-S

    1. Je pense en effet que l’Italie du Sud est plus touchée que le Nord! Pour ce qui est des poubelles, c’est variable d’une ville à l’autre. En Sicile mais surtout à Naples la gestion des déchets est un réel problème politique depuis au moins 2007 ou 2008!

  3. Crade Rome, non?? 😉
    La pluie romaine a toujours été une expérience inoubliable et pourtant je viens d’une région où on pourrait mettre des rizières dans le jardin!! (la Bretagne!!)
    2 souvenirs impérissables sur la pluie romaine :
    * la Roma-Fiumicino sur laquelle il y a des flaques d’eau parfaites pour un petit aquaplaning!!
    * Une canalisation de gaz qui a pété sur la Casilina (en 2010) à cause de la force de la pluie (il y avait des travaux de voirie!). ça sentait le gaz à 5 km à la ronde!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s