Une cocotte à Rome

Le bureau de poste et les Italiens

Si vous êtes en retard un matin au bureau en Italie, ou que vous avez une heure de retard à un rendez-vous avec un Italien, sortez l’excuse « J’ai dû passer à la Poste avant de venir« , et vous serez non seulement pardonnés, mais on vous offrira un petit café pour vous remettre de vos émotions.

Le bureau de poste Italien est un concentré de ce qui fait l’Italie, son charme et ses petits emmerdements du quotidien. Cette semaine j’ai eu l’occasion d’y faire un tour, et je n’ai pas été déçue. Il n’y avait pourtant pas grand monde ce matin là, mais j’y ai quand même passé une bonne demie heure, juste pour envoyer un recommandé.

Mais pourquoi ce trauma de « l’ufficio posta« ? Je me souviens encore de mes « premières fois », il y a 5 ans. J’allais acheter une trentaine de timbres pour le boulot, un matin de décembre. A l’intérieur du bureau de poste, une palanquée de petit vieux, de parents pressés et de professionnels irrités*, de jeunes aux écouteurs vissés sur les oreilles, enfournés dans un espace surchauffé. Après une heure de queue, je vais demander mes timbres dans un italien approximatif, et je me vois répondre qu’ils n’en ont pas assez (je passerai sur le fait qu’ils n’avaient plus que des timbres Père Noël, super pro). Je dois revenir le jour suivant ou tenter un autre bureau de poste. Joie dans mon cœur!

En apparence pourtant, les bureaux de poste italiens sont particulièrement organisés: on prend un ticket à l’entrée, en sélectionnant le type de service que l’on souhaite (service postal, banque, etc…), et on attend, comme chez le boucher à Carrefour.

Mais cette organisation ne rend pas le service plus rapide, elle est juste là pour organiser la file d’attente. Pour forcer les Italiens à ne pas se jeter sur le guichetier en écrasant la petite vieille au passage (quoiqu’en Italie c’est plutôt la petite vieille qui écrase les petits jeunes à coup de canne!).

Mais pourquoi tout ce monde dans les bureaux de poste Italiens? Au début, j’attribuais ce succès au fait que les Italiens utilisent encore beaucoup le courrier par voie postale, en mode old fashion. Mais j’ai fini par comprendre que la queue pour le service du courrier est souvent la plus rapide (heureusement pour moi, haha!). En réalité, les Italiens vont au bureau de poste pour…. payer leur factures. L’électricité, le téléphone, le gaz, etc… Le fameux « bollettino ».

Un mode de paiement pour le moins archaïque, pour nous français qui avons tôt fait d’automatiser tout ça: EDF, France Télécom, GDF, le propriétaire, UGC cinéma, Body Minute, etc… tout ce beau monde se sert directement sur nos comptes bancaires grâce à la magie du « prélèvement automatique ». Insérer son RIB  à l’ouverture d’un contrat et se déresponsabiliser aussitôt de la gestion des factures est devenu parfaitement normal en France, et j’imagine dans de nombreux autres pays Européens. Mais en Italie on continue de recevoir nos factures avec les bordereaux de paiement, et les Italiens se pressent au bureau de poste une fois par mois pour s’acquitter de leurs charges.

Pourtant, malgré une certaine propension au paiement en espèces en général, le paiement par carte bleue existe bel et bien en Italie. Et il est tout à fait possible de passer au « prélèvement automatique ». Il ne s’agit donc pas d’un retard technique mais bel et bien d’un différent culturel: les Italiens sont effrayés à l’idée que les entreprises aient la main mise sur leur compte en banque. Ils se méfient, persuadés qu’ils vont se faire arnaquer ou que l’on va leur prélever bien plus que nécessaire et qu’ils ne pourront rien faire.

Je dois dire qu’à force de vivre en Italie, moi aussi je deviens suspicieuse. Et puis il y a aussi un côté pratique à ne pas céder à la facilité du prélèvement automatique à tout va: celui de se laisser l’option de gérer d’éventuelles fin de mois difficiles, de retarder certains paiements, ou de contester les factures avant qu’il ne soit trop tard. Et puis évidemment, dans un pays où beaucoup de transactions se font en espèces (qui a parlé d’évasion fiscale?), payer ses factures en cash au bureau de poste est finalement la seule option. Pas con!

Personnellement, après toutes ces années de Dolce Vita, j’ai fini par reconsidérer mon mode de consommation « au forfait », car derrière la simplicité des abonnements en tout genre (téléphone, internet, électricité, cinéma, carte bancaire, salle de sport, canal Sat’ et j’en passe) se cachent en réalité des charges fixes mensuelles qui pèsent lourd sur un budget. Scruter de près ses factures a du bon, et permet de tailler dans le gras lorsque nécessaire.

Alors longue vie au bolletino postale (ou pas…)!


* J’allais écrire « mamans pressées et hommes d’affaires irrités », mais c’était sexiste donc je corrige pour un genre neutre. C’est moins imagé, ça me plaît pas, et ça m’énerve que mon premier jet d’écriture « en mode automatique » soit sexiste. Bordel.

Publicités

10 réflexions sur “Le bureau de poste et les Italiens

  1. C’est vrai qu’au début c’est surprenant :D…mais on prend vite l’habitude (j’avais meme oublié cette expérience). Les empoyés de la poste vivent aussi en mode dolce vita et pas tous à l’aise avec l’informatique. Je ne sais pas si les poste de Rome sont équipées de machines à affranchir soi-meme, moi ici je n’en ai pas vu. En parlant de timbres…l’été dernier beaucoup de postes (par conséquent d’autres commerces où on vend des timbres) étaient en pénurie de timbres pendant quelques semaines…L’italie me surprendra toujours

  2. Pour ma part, je suis aussi allée à la posta italiana pour acheter des timbres, je me suis retrouvée avec des timbres « papa francesco » pour mes 20 lettres, pas mal aussi!

  3. Bellissimo articolo!!! Ora che sono in Francia…non rimpiango per niente le porte italiane!!! 😛 grazie per avermelo ricordato perché qui ci si abitua talmente velocemente che mi ero dimenticata! 😉

  4. 6 SETTIMANE fatto che ho postato la lettera nella casella una lettera dalla carica di Riomaggiore e non ho ancora ricevuto la lettera ais in Francia ?

    cela fait 6 SEMAINES que j’ai posté du courrier dans la boite a lettre de la poste de Riomaggiore et je n’ais toujours pas reçut les lettre en France ?

  5. Joli article, réalité, hélas, bien connue. On aurait pu ajouter que le ticket pour faire la queue donne accès au guichet spécialisé pour l’opération choisie et rien d’autre. En d’autres termes, si vous voulez, à la fois, procéder aux paiements de factures ET poster une lettre, vous devez refaire la queue pour la deuxième opération parce que chaque guichet a sa spécialité, et sa seule spécialité. C’est en tout cas ce qui m’arrive aux guichets d’une des grandes postes de Rome, aux Prati.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s